LA CRÉATION D'UN MANNEQUIN 3D

L'incroyable création d'Harriet, du premier scan au mannequin final

Tout commence avec un scan 3D. Harriet s'est tenue debout sans bouger pendant que notre ingénieur Thom passait son scanner infrarouge sur son visage et son corps. Chaque dimension de Harriet est affichée comme un point dans un espace 3D.

Ces points 3D sont ensuite assemblés en un « filet » 3D, un processus appelé « tesselation » (pavage). C'est cet ensemble qui crée la peau de notre modèle 3D. Pensez à Minority Report qui rencontre Matrix... c'est bien intelligent tout ça.

Les données sont téléchargées dans un logiciel avec un robot programmable, puis digitalement sculpté pour créer différents morceaux qui peuvent être fabriqués. Les orteils, détails du visage et les doigts ont besoin d'être imprimés avec une imprimante fine pour avoir le bon niveau de détail. Les parties plus larges comme le torse, les jambes, et la tête sont faits à partir de mousse de polyuréthane de forte densité, en utilisant un robot industriel.

C'est en fait beaucoup de travial. Nous pensions que l'ordinatuer ferait tout le travail difficile mais il y a un processus de programmage et d'affinage. Et du café (il boit BEAUCOUP de café). Pour le visage et les mains d'Harriet seulement il a fallu 18 heures d'impression pendant lesquelles Thom continuait à travailler.

La tête d'Harriet a été retirée de son support et ratachée au cou. Des aimants sont incorporés dans les membres et le processus de pulvérisation avec une couche en polyester. Thom applique plusieurs fine couches qui vont dans les pores pour créer un fini lisse. Et enfin, une ressemblance avec la réelle Harriet.

Le mannequin d'Harriet a été scanné et imprimé par Thom Bridle, Studio Forty Three

#MADETALL : LA CAMPAGNE RÉVOLUTIONNAIRE

LIRE MAINTENANT

RENCONTREZ HARRIET, LE VISAGE (ET LE CORPS !) DE NOTRE CAMPAGNE #MADETALL

LIRE MAINTENANT